mardi 15 mai 2018

Dernier jour de la Citadelle

Morceau : Gardians at the Gate 
Artiste : Audiomachine 
Album : The Platinum Series III: Eterna (prof.) piste 20; Chronicles (public) piste 1
Année : 2009 (The Platinum Series III: Eterna)  2012 (Chronicles) 
Posté par : Cape Tranquility 
Image : set de plusieurs images 


Pourquoi ce morceau?
Difficile de rater "Guardian at the Gate" dans la discographie d'Audiomachine : la vidéo de Cape Tranquility cumule les 1,6 millions de vues au moment de la rédaction de cet article. Présent dans les best of d'Audiomachine, il marque le summum de la bande-annonce d' Avatar, film de James Cameron (qu'on ne présente plus, ni le film, ni le réalisateur). 
Attendez avant de vous précipiter sur la vidéo de la bande-annonce !
On va jouer à un petit jeu...
Vous allez regarder la bande-annonce (ci-dessous) sans le son. Comme avec Katherine, et on "coupe le son"... Et on se concentre sur ses propres sensations.


Oui, ce n'est pas mon film favori. Personnellement, je vois qu'ils ont pas mal travaillé les effets spéciaux. Effectivement, ça en jetait pas mal sur grand écran.
Maintenant, vous allez mettre le morceau Kalimba de Ninja Tuna (j'adore ce morceau !) en même temps que la bande-annonce toujours muette. Pour profiter du spectacle, faites en sorte que "Kalimba" commence à 00:05 de la bande-annonce d'Avatar, soit juste après le message d'avertissement américain sur fond vert.


Notre mythique Sigourney Weaver ! (source : http://image.toutlecine.com)
Si les effets spéciaux n'étaient pas d'aussi grande qualité, on pourrait s'approcher du téléfilm du dimanche... Personnellement, la séquence qui m'a retenue le plus, c'est lorsque Sigourney Weaver se retourne (voir photo). Avec la musique qui supprime la tension dramatique, j'en aurai fait un gif de ces quelques secondes.

Maintenant, regarder la bande-annonce avec le son, en mode normal, tout simple.
Je trouve qu'ainsi, on perçoit mieux l'utilisation, et ainsi de la définition, de l'Epic Music (Guardians at the Gate à 1:47). Les fondus à la fin des morceaux, nickel pour afficher le titre du film! Les pauses, meilleurs moyens de changer de morceau épique ou d'annoncer une séquence "spectaculaire". Les percussions? Changement de scène, affichage du nom de la boite de production, du réalisateur, de tous ses succès au box-office. Avec les phrases des acteurs, le tout rend la bande-annonce épique. Enfin... Peut-être que ce petit jeu vous casse pied ne vous a fait ni chaud ni froid.

Au final, il ne faut pas oublier que ces artistes sont aussi des boites de production de morceaux épiques à la pelle. Ainsi, on les entend partout sans avoir le moindre CD ou MP3 and co, parce que le but premier de ces groupes n'était pas de sortir des albums pour le public.
Mais ça, c'était avant...
😉

Un petit texte pour la route ?
[Guerre de la Magie, Royaume du Feu,

Les fées-soldats fidèles à la maison du Feu se tenaient prête à défendre le dernier rempart de la citadelle au Rubis. Le Royaume du Feu avait fini par sombrer dans cette Guerre de la Magie comme les trois autres royaumes. L'incompréhension des fées et leur déception vis-à-vis de la race humaine étaient grandes. Jamais ils n'auraient pu croire que ces derniers se rebelleraient. Ils étaient faibles, dépendant des fées pour tous et partout. A croire qu'ils étaient devenus fous. Mais pour les fées-soldats comme le capitaine Visière, le pire n'était pas là. Le pire était que les humains gagnaient. 
Il avait entendu dire que certains d'entre eux atteints d'Ubris étaient capable de maitriser la magie sans en mourir. Ces erreurs de la nature guidaient hommes et femmes vers la destruction. Que deviendraient toutes ces populations une fois les fées parties ? Visière ne leur donnait que quelques années avant qu'ils ne se tuassent les uns les autres. 
Le dernier dragon de l'armée agonisait aux limites de la ville. Ses râles ajoutaient de l'eau au moulin du désespoir des créatures magiques. Le capitaine hurlait régulièrement à ses troupes de garder leurs calmes et leurs positions. Ils étaient toujours là et avaient une mission capitale : tenir pour laisser le temps aux fées civiles de s'échapper par les tunnels secrets sous les fondations du Palais. 
Les fées étaient capables de voler contrairement aux humains. Mais dans cette guerre, cet avantage était devenu un inconvénient, les transformant en cibles faciles à viser par les archers humains, dont la plupart étaient dotés de l'Œil-de-Faucon. Les fées avaient placé ces êtres à la vue exceptionnelle dans des troupes d'élites humaines, pensant qu'ils combattraient toujours côte à côte. 
Une déception de plus. 
L'odeur des maisons et jardins brulés remontrait jusqu'à eux, les dernières fées de Feu. Le vacarme des coups de pommeaux sur les boucliers des soldats humains s'approchait de plus en plus. Puis, un sifflement se fit entendre depuis l'une des fenêtres du bâtiment royale : le signal de la princesse Brasier, générale de l'armée du Royaume. Visière demanda à une partie de ses troupes de rejoindre l'évacuation. La princesse vint le rejoindre lorsqu'il ne resta qu'une dizaine d'entre eux à garder le portail.
"Capitaine Visière, c'est le moment de partir. 
 Comment ça se passe au sous-sol ? 
 C'est... compliqué. Quelques hommes vont venir me rejoindre, puis ils scelleront l'entrée du tunnel. Cela devrait suffire pour permettre aux survivants de quitter le territoire à temps. Qui sait ce dont ces humains seraient capables de faire s'ils les trouvent... 
 Alors je reste à vos côtés pour garder l'entrée. Plus nous serons nombreux, plus nous pourrons gagner du temps. 
 Vous avez conscience que vous ne reverrez jamais les vôtres avec cette décision ? 
 La famille royale est dans ces tunnels. J'en déduis que vous avez fait le même choix, non ?" ]


Cet article a été rédigé durant le Camp Nanowrimo d'avril 2018.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire